Turquie - Terreur à Istanbul : le bilan s'alourdit

Un attentat suicide a frappé l’aéroport Atatürk d’Istanbul avec trois kamikazes qui se sont fait exploser à l'entrée du terminal international. Le dernier bilan fait etat de 41 morts et 147 blessés.

Le bilan du terrible attentat qui a frappé l'aéroport international Atatürk d'Istanbul (Turquie) ne cesse de s'alourdir : au moins 41 personnes ont été tuées dans cette attaque par trois kamikazes et 239 personnes blessées. Sur les 41 victimes, on dénombre notamment 23 Turcs et 13 ressortissants étrangers, a précisé un responsable turc. Un Iranien et un Ukrainien sont les premiers morts étrangers confirmés du triple attentat-suicide.

Selon les autorités, des explosions ont d'abord eu lieu à l'entrée du terminal des vols internationaux vers 22 heures. D'après la BBC, des tirs auraient également été entendus sur le parking de l'aéroport. Trois assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en faction, une fusillade a éclaté, puis les kamikazes se sont fait sauter, un scénario rappelant les attentats djihadistes ayant ensanglanté Paris en novembre 2015 (130 morts).

 

« Trois kamikazes ont mené une attaque », a indiqué Vasip Sahin, le gouverneur d'Istanbul, aux journalistes. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rapidement exhorté la communauté internationale à une « lutte commune » contre le terrorisme, dans un communiqué. « Cette attaque, qui s'est déroulée pendant le mois du ramadan, montre que le terrorisme frappe sans considération de foi ni de valeurs », a dit le chef de l'État.

Condamnations

Un porte-parole de la Maison Blanche a condamné ces attaques “abominables” tout en promettant le soutien des Etats-Unis à Ankara. Le président français François Hollande a « condamné fermement » un « acte abominable » après l'attentat-suicide perpétré mardi lors d'une conférence de presse, à l'issue du premier jour du sommet européen à Bruxelles.  Jean-Marc Ayrault, le patron du Quai d'Orsay a également exprimé sa "consternation" auprès des autorités Turques. 

La Redaction

(Source: AFP)