Editorial

Faut-il se décourager de l'Afrique ?

Isaac Tee

 

Il y a seulement UN an la Côte d’Ivoire, ‘pays de l’hospitalité’ autrefois locomotive de l’Afrique de l’Ouest et même de l’Afrique tout court était au bord du gouffre, voire du chaos à cause d’un contentieux électorale. Les nouvelles autorités en un temps record ont réussi à renverser une situation qui semblait sans issue et aujourd’hui l’espoir renaît des cendres d’une guerre fratricide...

En Guinée après la disparition de Sekou Touré, les gouvernements militaires se sont succédés avec comme asymptote le capitaine Dadis Camara et son Dadis show, faisant de ce pays   dont le sous-sol fut qualifié de ‘scandale géologique’ à cause de son immense richesse l’un des pays les plus pauvres du monde paradoxalement. Finalement, un dirigeant démocratiquement élu préside aujourd’hui aux destinées du peuple guinéen.

Le Sénégal, l’un des tout rares pays à n’avoir jamais connu de régime militaire en est à son quatrième président. Abdoulaye Wade malgré ses attermoiements a finalement entendu raison et avec une rare élégance, a appelé son adversaire pour le féciliter. Les images irréelles du Gorgui assis à même le canapé et dévisant tranquillement avec son successeur ont choqué le monde entier et ceux qui avaient prédit l’hécatombe ont été renvoyés à leur copie.

Bicéphalisme à Bamako


Laissons de côté pour le moment l’énigme du renversement d’un président démocratiquement élu renversé par un coup d’état alors qu’il s’apprêtait à organiser dans quelques petites semaines des élections auxquelles il ne prendrait pas part car comme le dit l’artiste, plus on m’explique, moins je comprend. Le Mali donne des sueurs froides à tout amoureux de l’Afrique. Ce pays cité comme exemple de la démocratie ces 20 dernières années vient de loin, mais cependant n’est pas encore sorti de l’auberge. En effet le monde entier est éberlué d’apprendre ce matin du 22 mars que Haya Sanogo, un capitaine dont personne n’avait jamais entendu parler,  vient de s’emparer  du pouvoir au moment même où le Nord du pays est en train d’être occupé par des rebelles touaregs et des islamistes intégristes. Mais la CEDEAO présidé par Alassane Ouattara réagit promptement avec doigté et fermeté pour démêler l’écheveau créé au pays de Soundjata Kéita. Le fameux capitaine après moult tractations accepte de rétablir  les institutions et l’intérim de la présidence de la République revient au président de l’Assemblée Nationale comme le prévoit la Constitution. Ce dernier prête serment et nomme un Premier Ministre. Officiellement donc le pouvoir est remis aux civils. Ils ont donc à charge, selon la Constitution de gérer le pays et d’organiser des élections auxquelles ils (le président et son Premier Ministre) ne pourront pas prendre part. Trop beau ! Mais une chose est de dire, une autre de faire. Le hic c’est que les militaires ne sont toujours pas retournés là où ils sont supposé être, c’est-à-dire dans les casernes. Une pénible et embarrassante situation de diarchie règne à Bamako où le pouvoir semble réellement être entre les mains des hommes en tenue qui procèdent impunément aux arrestations  intempestives des personnalités civiles et militaires.


La CEDEAO a-t-elle été roulée dans la farine ?

La CEDEAO a-t-elle été roulée dans la farine ? Assiste-t-on à l’avènement d’un nouveau boulanger? Qui possède les leviers du pouvoir à Bamako? Violente question.
Faut-il se décourager de l’Afrique pour autant? QUE NENNI ! Il suffit de regarder le Ghana, le Sénégal, le Bénin, la Guinée etc. pour s’en convaincre. Mieux chaque civilisation du monde, chaque peuple a connu son passage à vide. 
Pour paraphraser quelqu’un nous disons résolument ‘Our climb will be steep but (...) we will get there.’