Quand l'orgasme devient maladie chez certaines femmes

Un orgasme de trois heures, le rêve ? Ça a plutôt été un cauchemar pour Liz, une Américaine, qui raconte comment ce supplice l'a menée aux urgence dans l'émission "Sex sent me to the ER". Yves Ferroul, médecin sexologue et auteur de "La sexualité féminine", explique que cet orgasme continu peut même détruire la vie de certaines femmes.

 

Liz, une Américaine de Seattle, s'est retrouvée aux urgences parce que, après un rapport sexuel, ses orgasmes s'enchaînaient sans répit et qu'elle ne parvenait pas à y mettre fin : son supplice ne put être interrompu qu'au bout de trois heures !

Les médias font régulièrement état de ces orgasmes irrépressibles qui rendent infernale la vie d'une femme. En 2001, Kim Ramsey, une Américaine, victime d'une chute dans un escalier, subit un traumatisme de la colonne vertébrale : quelque temps après, elle a un rapport avec son compagnon, mais son orgasme se répète de façon irrépressible pendant 36 heures (environ 100 orgasmes !). Traitée, elle peut tout de même subir encore 100 orgasmes en un jour.

 

 En 2012, le site du "Nouvel Observateur" relate le suicide d'une Américaine de Floride, Gretchen Mollannen, qui, à partir de 23 ans, s'est mise à avoir 50 orgasmes par jour "un toutes les 30 secondes, pendant 4, 6, voire huit heures". Sa vie étant devenue au bout de seize ans "un véritable calvaire", elle avait décidé d'y mettre fin.

Un orgasme qui peut se déclencher tout seul

Ces orgasmes irrépressibles sont à bien distinguer des "orgasmes multiples" : une femme peut, pendant un jeu sexuel, avoir plusieurs orgasmes consécutifs. Mais alors ils sont liés à son désir et aux stimulations prodiguées. Tandis que le trouble en question est une véritable maladie où une femme se retrouve en état d'excitation génitale sans le vouloir et sans le provoquer.

 

 Cet état est très polymorphe : il peut se déclencher tout seul (facilité par des vibrations, comme celles que procurent la voiture, ou les secousses d'un mouvement brusque, etc.), est pratiquement permanent ou nettement intermittent, et existe sur des périodes plus ou moins longues ; parfois il peut s'interrompre de lui-même.

 

 Le plus souvent, c'est un syndrome de simple excitation génitale qui ne se calme qu'avec la  masturbation ou toute autre stimulation sexuelle : mais si certaines femmes jouissent vite et sont calmées quelque temps, d'autres ne sont absolument pas calmées et doivent reprendre aussitôt la stimulation, d'autres mettent une demi-heure ou plus avant d'obtenir l'orgasme et un répit provisoire.

 

 Des traitements encore peu efficaces

 

 Cette maladie est définie en 2001, et son appellation est aujourd'hui  "syndrome d'excitation génitale permanent". On rapproche son mode d'action du priapisme pour les hommes, ou de la maladie des "jambes sans repos" (qui touche les deux sexes, surtout les femmes et qui provient d'une anomalie du métabolisme des neurotransmetteurs dopaminergiques).

 

 Une atteinte nerveuse, un dérèglement hormonal ou des neuromédiateurs du système nerveux, la prise ou l'arrêt de certains antidépresseurs, les inhibiteurs de la capture de la sérotonine (qui créent une hypersensibilité du clitoris ou du vagin), nombreuses sont les causes à même de les provoquer. Les traitements sont aujourd'hui encore peu efficaces, médicamenteux, cognitivo-comportementaux ou chirurgicaux (chirurgie de décompression du nerf atteint).

 

 La vie de ces femmes est détruite

 

Les patientes citées ci-dessus ont une forme exacerbée de ce syndrome parce qu'elles ne subissent pas seulement une excitation permanente (ce qui est déjà dévastateur) mais ont directement de façon spontanée et irrépressible des orgasmes en série.

 

 La vie de ces femmes est complètement détruite, toute vie sociale, professionnelle, conjugale et même personnelle étant impossible. La honte, la culpabilité, nourrissent la dépression et peuvent donc, nous l'avons vu, amener au suicide.

 

 Jouir est une quête pour beaucoup de femmes, un bonheur pour le plus grand nombre, mais une malédiction pour quelques-unes.